Quelques mots sur l'hypnose

« C’est plus fort que moi… je n’y arrive pas… je ne comprends pas ce qui se passe… Malgré moi… j’ai beau vouloir… »

Quelque chose bloque à l’intérieur ?  Vous avez beau essayer, ça ne fonctionne pas ? et vous avez décidé de vous faire accompagner avec l’hypnose.

Encyclopédie

Un peu d'histoire...

Milton Erickson est né en 1901 dans le Nevada et est atteint de plusieurs handicaps : dyslexique, insensible aux rythmes musicaux et daltonien. Il apprend à dépasser ses difficultés en utilisant toutes ses ressources personnelles.

 

A 17 ans, alors qu’il est atteint par la poliomyélite, il découvre l’auto-suggestion : lorsqu’un médecin annonce à sa mère qu’il ne passera pas la nuit, il mobilise toutes ses ressources et tient jusqu’au levé du soleil avant de tomber dans un coma suivi d’une paralysie quasi-totale : seuls ses yeux peuvent encore remuer. Il profite de cette immobilité forcée pour observer ceux qui l’entourent.

En regardant sa sœur qui apprend à marcher, il découvre qu’il peut stimuler ses muscles et commence sa rééducation. Un an plus tard il traverse l’Amérique d’Est en Ouest en canoë pour tester sa forme retrouvée. Il suit ensuite des études de médecine.

En 1928 , il est médecin et exerce en psychiatrie comme assistant au Rhode Island State Hospital, puis devient chef du service de recherche au Worcester State Hospital dans le Massachusetts, de 1930 à 1934. Quelques années plus tard il s’installe en Arizona avec sa famille et ouvre un cabinet privé.

 

Touché à nouveau par la poliomyélite à l’âge de 51 ans, il en garde des séquelles pour le restant de sa vie mais continue à pratiquer et à affiner sa technique, multipliant séminaires, conférences et consultations. Après avoir suivi près de 30 000 patients, formé de nombreux élèves et démontré de nombreuses fois l’existence et les effets de l’hypnose, il s’éteint en mars 1980.

Milton Erickson a marqué l’histoire de la psychothérapie et inspiré de nombreuses pratiques qui continuent aujourd’hui encore à se développer. Considéré comme le père de la thérapie brève et de la communication moderne, il a réussi, malgré tous les obstacles, à redonner ses lettres de noblesse à l’hypnose.

Comment ça marche ?

L’état d’hypnose est un état naturel dans lequel chacun peut se retrouver sans le réaliser. Pour certaines personnes, c’est le fait d’être présent, sans l’être en même temps, comme absorbé dans un livre, dans un film, un moment d’évasion temporairement déconnecté de la réalité.

Ce sont tous les moments où l’esprit se soustrait. Un état hypnotique singulier que nous connaissons et que nous pratiquons sans le réaliser. 

La transe hypnotique est une expérience personnelle à chaque fois différente. Il n’existe pas un état d’hypnose mais des milliers d’états d’hypnose.

L’hypnose permet de placer le patient dans un état de transe (transe hypnotique) au cours de laquelle il pourra avoir plus facilement accès à son inconscient. La transe hypnotique est simplement un état modifié de conscience

C’est un état psychologique imaginatif, un état de rêverie : une modification de l’état de conscience naturel pour donner la place à l’inconscient. 

Lors d’une séance d’hypnose, l’accompagnant sollicite la participation active du patient. Le patient va pouvoir s’exprimer et accéder à des ressources et va être guider afin de l’amener à trouver lui-même les solutions à ses problèmes.

AdobeStock_253140213.jpeg

Comment se déroule une Séance ?

La première consultation est consacrée au recueil de la demande, à son analyse, à l’installation des premiers éléments interrelationnels et à la détermination des grands axes thérapeutiques.

Un premier apprentissage de l’état hypnotique peut se faire lors de cette séance mais ce n’est pas systématique sauf si existe un réel intérêt à ce que l’accompagné connaisse sa première expérience hypnotique dès le premier rdv (croyances très importantes sur l’hypnose et à discuter, mise en place d’un chemin d’apprentissage d’hypnose, prescription de taches en auto hypnose etc..)

La première séance dure environ une heure trente

Lors des consultations suivantes, sur une heure de séance, 20 à 30 minutes sont le plus souvent consacrées à l’hypnose.

- Soit en une fois : « session d’hypnose »,

- Soit en moments distillés au fil de la discussion que l’on appelle alors « hypnose au fil de l’eau » ou « hypnose conversationnelle ».

Dans le premier cas, la session d’hypnose se compose d’un temps d’induction, d’un temps de travail thérapeutique en lui-même, et d’un temps pour la réassociation (retour à l’état ordinaire de conscience).

Concernant la pratique « au fil de l’eau », il s’agit d’une pratique où l’on se donne quelques minutes à un moment du récit pour travailler en hypnose un ressenti, une émotion, une métaphore particulière, avant de poursuivre sur ledit récit. Par exemple, en s’attardant sur un moment d’anxiété, un éprouvé de colère, ou une image forte, un symbole, une émotion….

Combien de séances pour changer ?

Un chemin de changement … pas une baguette magique

Tout commence lors de la prise de conscience du besoin de changer … votre premier pas vers le changement.

L’hypnose n’est pas une baguette magique. Même si nous parlons de thérapie brève, cela ne signifie pas instantanée.

Les résultats se font de manière progressive et demandent parfois du temps

Les « outils » les plus adéquats seront choisis et utilisés pour favoriser le changement le plus rapide et pérenne

 

Alors ? Combien de séances ?

A titre indicatif, 1 à 5 séances suffisent pour une problématique ponctuelle.

Pour une demande de développement personnel, le nombre de séance sera ajustée en fonction de l’évolution des objectifs

Un accompagnement dure rarement au-delà de 8 séances :

 

-Le patient reste autonome dans son changement

-Les séances durent 1 heure parfois 1 heure trente.

-Le travail effectué pendant les séances nécessite un temps de maturation d’environ 2 semaines entre chaque séance.

AdobeStock_330767379.jpeg

Quels en sont les bienfaits ?

En accédant à l’inconscient, l’hypnose, lorsqu’elle est correctement pratiquée, peut aider à soigner de nombreux troubles.

Les plus souvent indiqués sont les angoisses et les phobies (agoraphobie, arachnophobie, phobie sociale, etc.), ainsi que les addictions (alcool, tabac, jeu, etc.).

 

Mais le champ des indications est bien plus vaste puisque l’hypnose peut aussi aider à soigner diverses pathologies chroniques telles que l’eczéma, des allergies ou des migraines. Elle peut également traiter, entre autres, la spasmophilie, la fibromyalgie, un syndrome de stress post-traumatique, des troubles du comportement, des phobies ou des troubles sexuels(impuissance, éjaculation précoce, frigidité, vaginisme, etc.), cette liste étant loin d’être exhaustive.

 

L’hypnose est également de plus en plus utilisée dans certains services de chirurgie en lieu et place d’une anesthésie (par exemple au CHU de Tours)

De plus en plus utilisée en médecine, et en psychothérapie, l’hypnose est utile pour lutter contre la douleur, se libérer de certaines dépendances ou mauvaises habitudes (le tabac, le grignotage…), l’anxiété, les troubles de la sexualité et les phobies.

Quelques approches expliquées du  succès de l’hypnose par une approche scientifique :

- Gestion de  la douleur: pendant l’état hypnotique, la production d’endorphines est à son maximum. Or ce sont de véritables antalgiques naturels, qui peuvent permettre de diminuer les doses de médicaments en cas de mal de dos, de migraines, etc...

- Arrêt du tabac : l’hypnose tente d’agir sur deux leviers :

la dépendance psychologique et la notion de symptôme : a quoi sert la cigarette ?
L’habitude : l’enjeu est alors de substituer la cigarette par d’autres comportements. Le praticien va essayer de susciter les suggestions les plus fortes, par exemple l’association tabac-nausées.


- Gestion du stress : en premier lieu, l’hypnose, proche de la relaxation, diminue rapidement l’impact des agents stressants. Ensuite, l’état hypnotique, peut permettre de trouver le seuil adéquat de stimulation/excitation du bon stress, afin que celui-ci redevienne utile.